photomobilesv3.png

RENCONTRES PHOTOGRAPHIQUES #05 - 2022

REGARDER  /  S'INITIER  /  PARTAGER, DISCUTER

REGARDER

Thomas Dhellemmes_1.jpeg

Chemin(s)

Thomas Dhellemmes

Jardins du Château de Regnéville-sur-Mer

4 route des Fours-à-Chaux

30.07 > 02.09.2022

Ma marche a besoin de solitude, elle m’aide à m’échapper de la réalité et m’éloigne du monde, pour mieux l’observer.

Choisir un Chemin(s) à la recherche innocente d’une quête de l’absolu. Partir, pour s’aventurer vers un lieu inconnu.

Ce Chemin(s) à pied renouvelle aussi le sens du sacré, et me reconnecte avec la Terre.

Ce Chemin(s) m’aide à prendre conscience de la fragilité et de la beauté du moment.

A l’image du Soboku japonais, ma photographie a le refus de l’excès et le désir de sobriété. Mon objectif a de la pudeur, il effleure ce qu’il photographie, laissant libre cours à toute interprétation.

La lenteur de ma marche, comme celle de mon Polaroïd SX 70, sont aussi une revendication contre la vitesse de notre monde contemporain.

http://www.thomasdhellemmes.com

 

 

MD06b.jpeg

L'estran et son double

Mélanie Dornier

Conciergerie du château- Regnéville-sur-Mer

4 route des Fours-à-Chaux

17.09 > 02.10.2022

Restitution d’une résidence aux Fours-à-Chaux 2021

 Il y a sur l’estran comme un paradoxe. Espace naturel aux limites floues, l’Homo Sapiens venu de cette matrice, en a fait un lieu de production. Il a inventé l’ostréiculture avec des limites territoriales et biologiques au profit d’un marché. Quelles histoires mystérieuses se fabriquent entre basse mer et mer haute ?

Confrontée à cette double identité d’une géographie qu’elle a circonscrite de la Pointe d’Agon au phare du Sénéquet dans la Manche, Mélanie Dornier a adopté pour ce projet, les deux procédés photographiques les plus éloignés, le photogramme et le numérique.

 

Insolant par contact un papier photosensible, elle a réalisé des empreintes d’algues. Une transformation de notre monde perceptif qui le rend mystérieux et familier comme cette matrice minérale et biologique qu’est l’estran. Une mise en forme qui désigne notre rapport contradictoire au vivant : nous en faisons partie mais pour le « re-connaître » nous devons passer par le biais de connaissances et de techniques, par une médiation.

On pense forcément au Pinceau de la nature de Talbot, l’inventeur anglais et malheureux de la photographie sur papier. En oubliant la naïveté du titre de ce premier livre de photographies, il nous reste la magie. Plonger une feuille de papier photosensible dans le révélateur est toujours un moment envoûtant et fragile : l’image apparaît.

 

https://melaniedornier.com

MM-w.jpg

50°32’07.1”N 14°48’01.9”E 

Mélissa Mérinos

Conciergerie du château- Regnéville-sur-Mer

4 route des Fours-à-Chaux

17.09 > 02.10.2022

Longue route à travers la forêt.

Les hauts arbres donnent un sentiment de vertige, de regard surplombant.

Arrivée à ZZC Belá – Jezová.

 

 

L’exposition 50°32’07.1’’N 14°48’01.9’’E  présente le travail de trois mois de résidence à Prague en partenariat avec le centre d’art MeetFactory, l’association franco-tchèque Bubahof et l’ESAM, École Supérieure d’Arts et Médias Caen/Cherbourg. Elle a pu être présentée à l’Institut Français de Prague à l’issue de la résidence à l’automne 2019.

 

À travers mes rencontres et recherches lors de mon séjour, j’ai été frappée par l’importance et l’attachement des Tchèques à la forêt. Relation intime et personnelle comme celle que l’on peut avoir avec une mère, protectrice et nourricière : on s’y réfugiait pendant la période communiste, on rejoint aujourd’hui les cottages pour fuir le rythme capitaliste des villes, on s’intéresse à la communication entre les êtres qui la composent, on la défend hardiment face à son exploitation intensive et sa destruction massive. L’esprit de la forêt est visible partout en République Tchèque.

 

Caractère ambivalent, la forêt peut être également un lieu troublant et menaçant lorsqu’on ne connait pas ses codes ; une métaphore de toutes nos peurs profondes. Les coordonnées 50°32’07.1’’N 14°48’01.9’’E amènent à un lieu en pleine forêt à 80km au nord de Prague dans la région de Bohème où les hauts arbres deviennent par analogie les barreaux naturels d’un Centre de Rétention Administrative (C.R.A.). Situé sur un ancien terrain militaire de l’occupation soviétique, Belá-Jezová est aujourd’hui un lieu d’enfermement sur décision administrative - et non judiciaire - des personnes et familles en vue de leur expulsion vers le pays d’origine.

Loin des regards, la forêt cache, isole et symbolise une nouvelle frontière physique et mentale au sein des frontières géopolitiques.

 

https://melissamerinos.com

angerson_john_w.jpg
angerson_john_003w.jpg

English journey

John Angerson

Le petit office,  Agon-Coutanville

2 place du 28 juillet 1944

17.09 > 02.10.2022

Au cours des 88 années qui se sont écoulées depuis que J. B. Priestley a fait son voyage en Angleterre, l’Angleterre a changé à une échelle gigantesque. Priestley traversait un pays qui dépendait encore de l’agriculture et de l’industrie lourde ; un pays ravagé par la pauvreté mais pas encore ravagé par la Luftwaffe, les planificateurs d’après-guerre et le Brexit. Et pourtant, malgré toutes les différences entre l’Angleterre de 1934 et de 2022, il existe une grande similitude entre J. B. Priestley et le photographe John Angerson : ils ont tous deux entrepris de rendre compte de l’Angleterre telle qu’elle est réellement et telle qu’elle était à cette époque.

 

In the eighty-eight years since J. B. Priestley made his English journey, England has changed on a mammoth scale. Priestley was walking through a country that still depended on agriculture and heavy industry; a country ravaged by poverty but yet to be ravaged by the Luftwaffe, the post-war planners and Brexit. And yet, for all the differences between 1934 and 2022 England, there’s a great similarity between J. B. Priestley and photographer John Angerson – they both set out to report England as it really is, and was, in those years.

 

https://www.johnangerson.com

TP-L9 June 2021w.jpg
L9 November 2021w.jpg

Bradley Brook

Tristan Poyser

La galerie Hautaise,  Hauteville-sur-Mer

10 avenue de l’Aumesle

24.09 > 09.10.2022

Bradley Brook est un ruisseau qui coule à travers Mere Clough, une forêt de feuillus occupant une vallée étroite dans la réserve naturelle de Phillips Park, dans le Grand Manchester. Le ruisseau longe la M60, l’une des autoroutes les plus fréquentées de Grande-Bretagne. Avant les voitures et les autoroutes  Mere Clough était réputée par les botanistes à l’époque victorienne pour la variété et la profusion de sa flore. 

Le processus répétitif consistant à revisiter le même itinéraire de course à pied dans cet environnement a créé chez moi une prise de conscience des changements causés par la saisonnalité, les événements météorologiques extrêmes, et par l’intervention humaine et la gestion des terres. C’est devenu un processus d’anticipation et de recherche de changement bénéfique et actif. Cette «re-visite» a également créé un sentiment d’appartenance et de responsabilité avec les lieux, qui s’est renforcé à chaque fois. Bradley Brook est une décision consciente d’examiner et d’explorer le maintien de mon propre bien-être sur une période de deux ans et demi, en enregistrant les changements observés, tout en prenant le temps d’observer à un rythme plus lent le long du parcours de jogging. Le processus de réalisation de l’œuvre, en utilisant la photographie analogique, permet un processus lent plus méthodique et réfléchi. Ouvrir un nouveau rouleau film est une sensation plaisante comme le geste d’un enfant qui  déballerait le papier d’un bonbon. La pleine conscience de l’impression manuelle dans le laboratoire est déjà une médiation. Tout cela est un antidote au monde numérique en évolution rapide et un autre effort conscient pour maintenir mon propre bien-être.

Bradley Brook est à la base d’une étude pilote collaborative sur la prescription écologiste avec le programme My Place Scheme du Lancashire Wildlife Trust. Aider les participants à interagir avec les espaces verts de la réserve naturelle de Phillips Park à travers la photographie.

www.tristanpoyser.com

S'INITIER

HD-22A-29904.jpg

Atelier photographies culinaire (payant)

avec Thomas Dhellemmes

Dates et lieu à confirmer

inscriptions à partir du 30 Août 2022

 

 

Atelier cyanotype (payant)

avec Mélanie Dornier et Mélissa Mérinos

Samedi 17 septembre, 14h-18h

Conciergerie du Chateau de Regnéville-sur-Mer

Connaissez-vous le cyanotype ?

Cette technique a été mise au point en 1842 par le scientifique et astronome anglais John Frederick William Herschel.

Elle consiste à appliquer un mélange photosensible sur du papier ou du tissu pour obtenir après exposition au soleil un tirage photographique par contact. Les parties exposées aux rayons uv sont alors couleur bleu de Prusse, celles non exposées restent blanches.

Atelier dirigé par Mélanie Dornier (https://melaniedornier.com) assistée de Mélissa Mérinos  (https://melissamerinos.com)

Samedi 17 septembre, 14h-18h, Conciergerie du Chateau de Regnéville-sur-Mer

Matériel fourni

35 € / personne

20 personnes maximum

inscriptions en ligne : 

https://www.helloasso.com/associations/tulipe-mobile/evenements/atelier-cyanotype

 

PARTAGER, DISCUTER

 
IMG_0182.heic

Conférence (gratuit)

Les Anglais, La Nature et la photographie

Samedi 24.09.2022 à 18h

Espace Public Numérique Hauteville-sur-Mer

30 Avenue de l'Aumesle

Karine Chambefort-Kay (Université Paris-Créteil)

Une conférence sur les rapports que les Anglais entretiennent avec la nature dans leur culture visuelle.