top of page

La grande migration

Une exposition temporaire et inaugurale de MUZOO - La Chaux-de-Fonds - Suisse

produite par tulipe mobile-ch et réalisée par Pablo Fernandez

A partir du 17.12.2022



La Nature, tout comme ses représentations, est une idée qui n’a cessé d’évoluer au fil du temps et de l’histoire. La grande migration interroge une partie de ces représentations.

Au moment de sa fermeture au public en vue de son déménagement, le Musée d’histoire naturelle de La Chaux-de-Fonds s’est en fait activé ; cessant de donner au public une série d’images figées de dioramas, dans un cadre strict, organisé, pensé, immuable; il a commencé à exister d’une autre manière. Hors lumière, l’ombre d’un doute a pu se former. D’étranges états éphémères, comme de nouveaux dioramas se sont spontanément organisés, pas plus absurdes ou plus théâtraux que les autres. Par les nécessités générées du déménagement, des soins, des classements, des emballages, du stockage, du besoin de place, les collections se sont mélangées. Le musée s’est comprimé, compressé et déployé simultanément donnant à voir les artefacts, animaux empaillés, décors, espaces, collections qui ont constitué le squelette, la matière première de toutes les expositions du Musée d’histoire naturelle, dans un ordre de circonstances tout à la fois momentané et hors temps, hors intentions hors propos.

En dehors de leur contexte habituel de présentation, ces animaux naturalisés retrouvent leur état d’objet. Ils sont débarrassés des illusions de la muséographie, de la mise en scène construite autour d’un imaginaire de Nature, une Nature qui se tient sage. Ils ne perdent toutefois pas leur expressivité, celle-ci se trouvant modifiée voire vivifiée par ce nouveau contexte. Se révèlent aussi les traces d’usure et la matérialité fragile qui les constituent, traces de travail et de savoirs. Savoirs à protéger, menacés, comme bien des espèces dont le cadre de vie est bien plus qu’un décor aménagé.

Dans ce temps « hors public » s’est créé et a vécu un musée autre, impensé comme tel. La grande migration est comme une trace, un reflet de ces «expositions» non intentionnelles, éphémères, sans public, en préparation…

Comments


bottom of page