Rechercher
  • Hervé Dez

Nos Arcadies / expo samedi 5 septembre 2020 - 10h30 / jardins du lycée agricole de Coutances




Dans son introduction à son dernier livre « Le sacre de la terre », le sociologue Jean Viard brosse les 50 dernières années de l’agriculture et de la vie rurale :

« Nous avons cru, en inventant la civilisation scientifique, industrielle et urbaine, qu’on mettrait la terre à distance, la paysannerie au cimetière, les villages au musée, les forestiers et les marins au rebut. La diminution constante du nombre d’agriculteurs semblait un signe de modernité, en France, en Europe, dans le monde. La campagne, c’était bien pour les week-ends. Voire pour les marginaux et les retraités. Voire aussi pour les ouvriers et les employés concentrés dans des lotissements autour des villes. Les dernières fermes, bien sûr indispensables pour produire des matières premières agricoles, devaient être immenses, techniques, chimiques, productives. On parla sous Giscard d’Estaing, de pétrole vert. L’ancienne campagne fut envahie de lotissements, de pavillons, de parcs, de forêts, de réserves et de résidences secondaires. La ville s’y étala, pris ses aises, développant voies rapides, TGV, autoroutes et ronds-points. Et des lotissements à l’infini. Des « zones d’activité » et des « zones artisanales » aussi - comme si les ruraux, jadis n’avaient fait ni les unes ni les autres. Enfin les industries agroalimentaires eurent le projet de nourrir le monde avec des « plats cuisinés » distribués dans les grandes surfaces « des zones commerciales ».

Face à ces bouleversements les identités collectives et individuelles des agriculteurs et des ruraux sont constamment questionnées. Le projet « Nos Arcadies » entamé en 2020 avec les secondes Option « Conduite et Gestion de l’Exploitation Agricole » du lycée Nature de Coutances se fait l’écho de ces interrogations. Comment les corps des travailleurs de la terre se situent dans le paysage rural contemporain ? Quels gestes sont appris ? Quels rapports ces futurs agriculteurs ont-ils avec les représentions (peintures, photographies, films) du passé ? Quel rapport ont-ils avec les paysages actuels ? Quels témoignages apporter ?

En 2020, dans le cadre de l’éducation socioculturelle, les élèves ont travaillé à partir des tableaux de Jean-François Millet sur la représentation des agriculteurs dans les paysages du travail.


Un projet soutenu par la DRAC-Normandie, le Ministère de l'agriculture, la Région Normandie et le département de la Manche

24 vues

association 1901 pour le développement et le partage de projets artistiques

photographie / arts visuels / fabrique des images / in situ / hors lieux

© 2019 Tulipe Mobile